07.05.2011 - Le Régional - Vevey dit halte au vandalisme

 

Sécurité • Le Conseil communal vote à une courte majorité la création d’un poste de délégué à l’incivilité. Objectif, lutter contre les déprédations de l’espace public telles que tags, verres cassés, mégots de cigarettes et vandalisme en tout genre.

Le délégué à l’incivilité coordonnera les différents services concernés par les déprédations de l’espace public. P. Martin

«Les incivilités coûtent un million de francs par année à la commune, soit bien plus que le salaire d’un nouveau fonctionnaire», argumente Pascal Nicollier. Conseiller communal de Vevey Libre, il est l’auteur de la motion «Vevey, Ville propre». Dans son collimateur, tags, verres cassés, mégots de cigarettes, vandalisme et autres déprédations de l’espaces public. Déposé en 2007 déjà, ce texte s’inquiétait de la sensibilisation de la population à la propreté et au respect de l’espace public. La Municipalité est allée plus loin en proposant de créer un poste de délégué à l’incivilité, dont le financement a fait l’objet d’un débat nourri lors du Conseil communal du 12 mai.

170’000 francs par an
Les questions pleuvent autour de la création de ce poste. «Quel sera son cahier des charges? Sera-t-il sur le terrain ou travaillera-t-il sur des concepts? Est-il prévu qu’il travaille le week-end, soit les jours où il y a le plus d’incivilités?». Et la libérale Danièle Kaeser de lancer: «Les comptes sont déficitaires, je m’oppose à la création d’un poste supplémentaire!». «Le délégué sera chargé de la coordination entre les différents services et de la mise en œuvre sur le terrain», explique Pascal Nicollier, qui s’est laissé convaincre par les propositions de la commission. Après un vote serré marqué par une large opposition de la droite, son financement est accepté par l’assemblée pour une durée limitée de 5 ans, à hauteur de 55’000 frs pour 2011 (6 mois) et de 170 000 frs pour les autres années. Cette somme comprend le salaire du fonctionnaire, le «fonds» nécessaire au rétablissement de l’espace privé, et les actions définies par le rapport aXess, une société spécialiste en stratégie et comportements humains, et qui a collaboré avec les autorités dans l’élaboration de ce projet.

Réane Ahmad

 

Retour