Je m'en lave les mains

Je m'en lave les mains

Shakespeare avait raison lorsque Lady Macbeth se lavait les mains pour, symboliquement, laver son péché. Lee et Schwarz (2010) ont montré que le simple fait de se laver les mains rend plus à l’aise lorsque l’on se demande si l’on a fait le bon choix. Après avoir choisi entre deux alternatives, les gens justifient leur choix de manière à percevoir l’alternative choisie comme encore plus attrayante et l’alternative rejetée comme encore moins attrayante. Cet effet appelé « dissonance post-décisionnelle » a été éliminé en demandant aux participants d’une expérience de se nettoyer les mains après avoir effectué un choix entre deux produits. Ces résultats montrent que l’impact psychologique du nettoyage physique s’étend au domaine moral et réduit le besoin de justifier ses choix.

 

Retour